Votre Boost du Lundi par Dommy #4: le lien entre vos émotions et vos objectifs

Bonjour %FIRSTNAME%,

Aujourd’hui je vous aide à utiliser votre plein potentiel mental et émotionnel

Temps de lecture : 2’52’’ ( la vidéo promise est dans le bas)

Bonjour à tous, bonjour à toutes.

Cette rentrée* me donne une très belle occasion d'entamer un thème pour cet article :  les bonnes résolutions.

Déjà je m'empresse de vous dire que le mot « bonne résolution » on va le laisser tomber parce que les bonnes résolutions c'est typiquement le genre de choses que l'on se promet et dont on sait qu'on ne les tiendra pas. Plutôt que de vous donner des bonnes résolutions, fixez-vous des objectifs !

Se fixer des objectifs : voilà le thème de mon article. En particulier je voudrais mettre le doigt sur un défaut que beaucoup d'objectifs ont souvent : c’est confondre « se fixer un objectif » et « décrire une activité ».  J’y reviens dans un instant

Quand vous réfléchissez à la manière dont les gens se fixent des objectifs souvent ils décrivent les objectifs de la manière suivante : « mon objectif cette année c'est de participer à deux sessions de yoga par semaine », « mon objectif cette année c'est de ranger le garage », « mon objectif cette année c'est de réaliser un podcast par mois ».

Voyons quel est le défaut de la fixation de ces trois objectifs. On ne décrit pas tellement un objectif, on décrit une activité.

Posons-nous la question : c’est quoi mon objectif derrière cette activité ?

Prenons le premier exemple : participer deux fois par semaine à un cours de yoga. La question que vous devez vous poser par rapport à vos objectifs c'est : pourquoi ? Pourquoi je veux assister deux fois par semaine à un cours de yoga ? La réponse est : rester en bonne santé. Voilà votre objectif. Le yoga c’est l’activité pour y parvenir (c’est en quelque sorte un sous-objectif)

Je vous invite d'ailleurs quand vous ferez cet exercice à vous poser la question une deuxième fois. Pourquoi veux-tu rester en bonne santé ? La réponse sera peut-être :  rester autonome le plus longtemps possible pour ne pas devoir vivre avec le soutien, le support ou au crochet de mes enfants, ou, en tout cas, le plus tard possible.

On vient ainsi de décrire le Big Why. C'est fondamental parce que c’est là que se retrouve votre motivation. Comme me dit mon coach Nicolas De Vicq: quand tu pars au Bahamas tu veux rêver du sable chaud et les 30 heures d’avion ne t”excite pas plus que cela. Pareil pour vos objectifs.

CONSEIL 1: cherchez votre BIG WHY

Le gros avantage collatéral de faire cet exercice du « big why? » c’est que lorsque vous aurez découvert le pourquoi, il est probable que vous aurez d'autres activités qui vont apparaître. Exemple : pour rester en bonne santé le plus longtemps possible, peut-être vous allez rajouter comme activité : manger un fruit tous les matins, ou préférer des céréales à la tartine au choco…..

Passons au deuxième exemple : ranger le garage. La question à se poser c'est : pourquoi ? Pourquoi je veux ranger le garage ?  La vraie réponse qui apparait est : cela me permettra de me sentir bien quand je traverse le garage. (Parce qu’aujourd'hui c'est peut-être désagréable pour moi de voir tout ce désordre). Ou un autre objectif serait :  retrouver facilement les choses dont on a besoin. Ainsi également on se retrouve avec un objectif qui n’est pas décrit comme une activité.

Vous allez comprendre après le troisième exemple tout l'intérêt qu'il y a de faire de la sorte : réaliser un podcast par mois. Pourquoi réaliser une fois par mois un podcast ? L’objectif c’est de pouvoir atteindre un public que je n'ai pas encore eu au travers des vidéos ou peut-être mon objectif c'est que de pouvoir donner encore plus de contenu à des gens qui me suivent. Et si on se pose la deuxième question : et pourquoi ? J'ai envie parce que ma mission c'est de pouvoir partager ma vision profonde, mon expérience, mes convictions, mon bonheur, ma paix intérieure avec le plus grand nombre possible de personnes. On est avec cet objectif sur un plan qui est tout à fait différent du plan d’une activité.

Les BIG WHY sont devenus : « rester en bonne santé le plus longtemps possible », « me sentir bien quand je traverse garage », « répondre à ma mission qui est de pouvoir aider le plus grand nombre possible de gens. » Là-derrière il y a quelque chose qui n'est pas une activité mais une émotion.

Et le carburant de nos objectifs, ce qui nous permet d'atteindre nos objectifs, c’est la volonté. Et le carburant de cette volonté ce sont les émotions.

Ecoutez cette histoire de Phyneas Gage : Phyneas Gage c'était un ouvrier des chemins de fer britanniques qui a eu un accident dramatique puisque, à cause d'une explosion, il a perdu une partie de son cerveau. Il a survécu et on a pu observer que Phyneas Gage, alors qu'il était auparavant quelqu'un d’affable, d’aimable, de courtois, de bonne compagnie, était devenu invivable. Il avait des sauts d'humeur incompréhensibles, il se montrait grossier. Il n’avait plus la gestion de ses émotions. En outre, après cet accident, Phyneas Gage n'a jamais retrouvé de travail, il a été incapable de commencer quelque chose et de l'achever. Il a terminé sa vie de pauvre manière comme un animal de cirque. Les neuropsychologues se sont rendu compte grâce à cet accident que le carburant de notre volonté ce sont les émotions. Quand vous donnez des objectifs qui sont décrits en termes d’activités, vous ne nourrissez pas vos émotions. Vous ne vous donnez pas du carburant.

Cependant, quand vous décrivez le fait de ne pas être dépendant de vos enfants quand vous serez âgé, il y a une émotion là-derrière. Cette émotion c’est de la fierté, de la sérénité.

Lorsque votre objectif c’est de pouvoir aider le plus grand nombre possible de gens, vous avez là aussi derrière une émotion : de la satisfaction, du plaisir.

Quand vous avez comme objectif de pouvoir être serein quand vous traversez votre garage, vous êtes capables aujourd'hui de ressentir cet objectif.

CONSEIL 2 : Si, quand vous vous fixez vos objectifs, vous commencez par des activités, faites l’étape supplémentaire : vous poser une fois, voire deux fois, la question: pourquoi ? Allez chercher vos émotions! Ainsi vos objectifs initiaux deviendront les activités pour atteindre vos nouveaux objectifs.

Bien entendu vous pouvez mettre tout cela dans une méthodologie que nous utilisons en Selfcoaching: la carte mentale, ou carte heuristique, mieux connue sous le nom de mind mapping.  On en parlera une fois prochaine.

*NB:  n’est pas obligé d’attendre le 1er septembre pour se fixer des objectifs. La seule chose c'est que nous sommes un peu fétichistes sur les dates : le 1er janvier, le 1er septembre, la rentrée, le mois prochain, lundi… On attend quelque part toujours une date pivot pour se lancer. Ce qui, d'ailleurs entre nous, est une très bonne excuse pour pouvoir encore, pendant quelques heures ou quelques jours ou semaines, rester dans un comportement dont on sait qu’il n’est pas forcément idéal mais qui nous convient. D'ailleurs si on est le 6 septembre, je vous rassure c’est une excellente date pour se fixer des objectifs.

voici une vidéo très complémentaire:   réduisez le délai entre intention et action

Allez à vous de jouer ! Si vous avez des questions, des conseils, des bonnes pratiques, partagez-les avec moi ci-dessous dans les commentaires de ce blog.

Dominique de Troyer, votre prana-coach. A très bientôt. Je vous aime

ARCHIVES:
Catégorie : diminuer le stress chronique
Boost #1: Vive le temps libre

Catégorie : devenir + conscient des origines de votre stress

Boost #2 : découvrez la vérité scientifique sur le caractère addictif du multitasking

 Catégorie : devenir + conscient des origines de votre stress

Boost #3 : https://prana-fr.be/votre-boost-du-lundi/la-valeur-de-votre-temps/
Place comment
arrow_drop_up arrow_drop_down