Et si Stephen Keenan était simplement Jesus-Christ…
26 september 2022 

Et si Stephen Keenan était simplement Jesus-Christ…

……que pourrions-nous apprendre comme ses disciples ? 

 

Si vous décidez de lire plus loin que le premier paragraphe, vous ne découvrirez pas de rapport d’enquête sur les causes du décès en 2017 de cet apnéiste de sécurité à Dahab (je n’étais pas sur place), pas plus qu’une analyse psychologique de sa personnalité (je ne connaissais pas Stephen personnellement), encore moins un sermon de curé de campagne (votre crainte en lisant le titre), mais bien la chronique d’un apnéiste - observateur des pensées et agitateur de neurones né pour vous faire réfléchir. 

 

Selon les informations disponibles, Stephen, en poste de sécurité profonde à -30 mètres, est allé chercher à -50 M une apnéiste sans palme désorientée après le passage de l’Arch au Blue Hole. 

On peut imaginer ce qui passe par la tête à ce moment-là. En une fraction de seconde, tu dois prendre une décision. Tu fondes ta décision sur ce que tu crois, sur ce que tu es, sur ce que tu crois que tu es.  

Quand tu es un apnéiste de sécurité de la qualité de Stephen, c’est tout sauf un acte irréfléchi.  

Il a pris la décision de descendre à 50 M après un hang out à – 30 M en mettant dans la balance : 

D’un côté ses capacités, sa forme du moment, ses peurs, son intégrité physique, sa vie 

D’un autre côté le sens de la responsabilité, le poids de la culpabilité, l’amour.  

Nul ne saura quelles pensées ont défilés dans sa tête. Ce qui est sûr c’est que le second côté a pris le dessus. 

Il a plongé ! 

Les conséquences dramatiques doivent sublimer la beauté, la grandeur de son geste. 

Si le sens des responsabilités a été le plus fort (« je dois y aller – si je ne le fais paspersonne le fera »), c’est le signe d’un respect énorme pour son engagement envers les autres (comme safety diver 

Si le poids de la culpabilité a été le plus fort (« si je n’y vais pas, elle va y rester – je ne peux pas vivre avec l’idée que j’aurais pu y aller, jvais y aller »), c’est le signe d’un respect énorme pour lui-même et pour ce qu’il est, un signe d’authenticité.  

Si l’amour a été le plus fort (« quoi qu’il m’arrive, elle en vaut la peine, je veux y aller»), c’est le signe d’une humilité absolue, d’une abnégation totale et d’un amour surhumain.  Je connais un gars qui l’a fait aussi dans d’autres circonstances : il s’appelait Jésus.  

Nous ne saurons jamais ce qui a motivé son geste, mais DANS TOUS LES CAS, il nous enseigne énormément. 

Combien de fois dans nos petites vies avons-nous été, ne fut-ce qu’à la cheville de son geste ? Pas souvent ! 

Pensez aux occasions où vous vous êtes dit : « il y a bien klk’1 qui le fera à ma place » 

Pensez aux situations où vous vous êtes dit : « si je m’écoutais, je ferais/dirais bien cela. Mais je n’ose pas » 

Pensez aux personnes à propos desquelles vous vous êtes dit : « il n’a qu’a se débrouiller tout seul, j’ai fait ma part ! » 

Je vous invite : chaque fois que vous ne donnerez pas le maximum de vous-même, pour votre métier, votre vie, les autres, pensez très fort à Stephen et suivez son exemple. 

De cette manière nous l’aurons tous rendu immortel ! Comme Jésus 😊  

Pour terminer ma chronique, je vous laisse méditer avec les images de la cérémonie en son honneur

 

With respect, Stephen ! 

About the author
Exhausteur de vie*, mais aussi dompteur de lions qui aime mettre la tête sous l'eau. Dominique De Troyer s’est donné la mission de vous faire goûter pleinement à la vie et de vous apprendre à être ce qu’il fait le mieux dans sa vie : être heureux. En sa présence devenez la meilleure version de vous-même pour vous-même, votre famille, vos proches et le monde autour de vous. Il se désigne volontiers lui-même comme dompteur de lions : avec son expérience il apprend aux gens comment dompter leur lion, c-à-d leur stress et comment atteindre leurs objectifs avec des pratiques de relaxation, de méditation, de respiration et de visualisation applicables sur le lieu de travail. Depuis novembre 2009 il est formateur, Prana-coach et partenaire coopérateur chez Prana Mental Excellence. Auparavant il était boulier-compteur :-) - pardon: banqiuer - : il a passé grande partie de sa carrière professionnelle, 23 ans, chez BNP Paribas Fortis dans des fonctions commerciales à divers niveaux de responsabilité et comme HR Manager. Dominique De Troyer passe une bonne partie de ses loisirs la tête sous l’eau. Il enseigne l’apnée comme instructeur à Bruxelles et , comme Prana-coach, il enseigne au travers de sa Méthode Grand Bleu les pratiques propres aux apnéistes (relaxation, respiration, visualisation, méditation, Pranayama) aux non-apnéistes comme méthode pour retrouver calme et sérénité et empêcher de perdre pied et de se noyer. Bref le maître-nageur de nos émotions * substance qui, sans avoir une saveur propre prononcée, ne modifie pas le goût mais augmente l'intensité d'une denrée alimentaire.
Place comment